Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Accueil Cliquez L'image Ci

  • : Cameroun -Tic & développement.net
  • Cameroun -Tic & développement.net
  • : Portail d'information du Réseau d'organisations de la société civile Camerounaise œuvrant pour les Tics et le développement durable du Cameroun
  • Contact

QUI EST EN LIGNE

Nombre de visiteurs ce jour
et ceux en ligne à l'instant

weblogs

ACTUALITEE TIC & DEVELOPPEMENT

Le réseau RICPTID collecte et indexe du contenu provenant de plus de 250 organes de presse ou media ainsi que  200  sources d'informations sans oublier ceux redigées par les correspondants du reseau ses informations sont basées sur les Tics et le  développement durable ayant une portées sur le Cameroun et l'Afrique                                
Pour  tous ceux et celles qui désirent soutenir nos actions , veuillez cliquer simplement   sur les publicités  affichées sur notre blog
Michel Fosso (Coordonnateur du RICPTID) mail:micfosso@yahoo.fr-  Tél:  +237 677 69 56 18

 

Dérniers Infos TIC & Developpement

Cameroun. Réseaux Sociaux : Paul Biya veut des ministres «Androïdes» Après avoir demandé le 11 février dernier, lors de la 50ème Fête de la Jeunesse, à la jeunesse dite Androïde de son pays, de saisir les opportunités qu’offrent les TIC (Technologie de l’Information et de la Communication), le président Paul Biya prescrit à ses ministres d’être plus présents sur le World Wide Web.
15 septembre 2009 2 15 /09 /septembre /2009 10:46
 L’Afrique re­jette dans l'at­mo­sphère 3,6% des émis­sions mon­diales de CO2. Mal­gré ce faible taux de rejet de CO2, le conti­nent subit de plein fouet les ef­fets du chan­ge­ment cli­ma­tique pro­vo­qué par l'aug­men­ta­tion des gaz à effet de serre.

A l’heure où l’idée d’une taxe car­bone se concré­tise en Eu­rope, l'Afrique va dé­fendre sa po­si­tion lors de la confé­rence de Co­pen­hague: il faut taxer les pays pol­lueurs et re­dis­tri­buer l'ar­gent ré­col­té aux pays pol­lués afin que ces der­niers se dotent d'éner­gies re­nou­ve­lables.


L’Afrique ré­clame 67 mil­liards de dol­lars par an aux grands pol­lueurs

Les di­ri­geants afri­cains se sont ren­con­trés le 31 août der­nier en Libye pour adop­ter une ligne de conduite lors de la confé­rence sur le chan­ge­ment cli­ma­tique qui se tien­dra en dé­cembre pro­chain à Co­pen­hague. Pour l’Union Afri­caine, l’Amé­rique, l’Eu­rope et l’Asie de­vront ré­duire de 40% leurs émis­sions de car­bone d’ici 2025. En plus de cet ef­fort, l'Union Afri­caine pré­co­nise que les na­tions in­dus­tria­li­sées versent 0,5% de leurs PIB aux pays afri­cains en com­pen­sa­tion pour la pol­lu­tion en­gen­drée et leur res­pon­sa­bi­li­té dans le chan­ge­ment cli­ma­tique mon­dial.

L’Afrique en­tend ainsi ré­cla­mer aux pays in­dus­tria­li­sés 67 mil­liards de dol­lars an­nuels à tra­vers la mise en place d'une taxe car­bone. Cette po­si­tion afri­caine re­joint l’appel émis en avril der­nier par la Chine, l’Inde et l’Afrique du Sud, de­man­dant au monde in­dus­tria­li­sé de consa­crer une manne fi­nan­cière consé­quente pour les aider à lut­ter contre le chan­ge­ment cli­ma­tique.


L’Oc­ci­dent doit aider au trans­fert des tech­no­lo­gies vertes pour aider les pays en dé­ve­lop­pe­ment à maî­tri­ser leurs émis­sions de car­bone.

En Afrique, une bonne ges­tion des éner­gies re­nou­ve­lables pour­rait cor­rec­te­ment sup­pléer à la ma­jo­ri­té des be­soins éner­gé­tiques des afri­cains. Mais pour cela, le conti­nent doit en­core se doter des ser­vices et des in­fra­struc­tures éner­gé­tiques les plus mo­dernes. Des trans­ferts de tech­no­lo­gie sont né­ces­saire pour fa­ci­li­ter l’accès à l’éner­gie et au dé­ve­lop­pe­ment éco­no­mique des pays afri­cains. Car l'enjeu de l'élec­tri­fi­ca­tion est cru­cial : sur près de 930 mil­lions d'Afri­cains, 530 mil­lions n'ont pas accès à l'élec­tri­ci­té et cela en­trave le dé­ve­lop­pe­ment éco­no­mique du conti­nent.

Le plan d'ac­tion eu­ro­péen, nommé « Ener­gi­zing Afri­ca» en­vi­sage de dé­ve­lop­per l'élec­tri­ci­té sur le conti­nent en in­jec­tant 400 mil­liard d'euros sur 25 ans. Cette ini­tia­tive consti­tue­rait une nou­velle ap­proche afri­caine et eu­ro­péenne, don­nant la prio­ri­té aux éner­gies du­rables et aux éco­no­mies d'éner­gie. Grâce à la col­la­bo­ra­tion étroite des pays afri­cains et de l'Union Eu­ro­péenne avec des bailleurs de fonds pri­vés où pu­bliques, les fi­nan­ce­ment des pro­jets se­ront éva­lués pays par pays. Le sa­voir-​faire eu­ro­péen en ma­tière de géo­ther­mie, d'hy­dro­élec­tri­ci­té et de pho­to­vol­taïque pour­ra être lar­ge­ment mis à contri­bu­tion dans la construc­tion d'in­fra­struc­tures et d'équi­pe­ments fai­sant appel à ces tech­no­lo­gies de pointe.


La so­lu­tion d’ave­nir pour l’Afrique se trouve peut-​être dans le dé­sert

Dans le cadre du pro­jet DE­SER­TEC, des in­dus­triels es­pèrent dé­ployer un ré­seau de cen­trales so­laires à concen­tra­tion sur les dé­serts nord-​afri­cains. Cette ini­tia­tive in­dus­trielle a pour but de construire un grand nombre de cen­trales so­laires ther­miques connec­tées entre elles et au ré­seau de dis­tri­bu­tion de l'élec­tri­ci­té. Ces cen­trales pour­raient être cou­plées à des ins­tal­la­tions de des­sa­le­ment d'eau de mer, un atout sup­plé­men­taire pour ces ré­gions arides.

Ainsi, selon les études du Centre Aé­ro­spa­tial Al­le­mand, le bud­get de De­ser­tec pour­rait as­su­rer pour les 40 ans à venir, l’in­dé­pen­dance éner­gé­tique de l’en­semble du conti­nent afri­cain.

Quelles que soient les so­lu­tions en­vi­sa­gées à plus ou moins court terme, le conti­nent afri­cain est des­ti­né à de­ve­nir un ac­teur in­con­tour­nable de la nou­velle donne mon­diale en ma­tière d’éner­gies propres et re­nou­ve­lables.


Partager cet article

Repost 0

commentaires

TCHOUBA NYATCHA Narcisse 02/03/2016 15:27

Je suis etudiant en cycle recherche en environnement et developpement durable et gestion des risques
En vu de finaliser mes recherches pour l'obtention de mon diplome d'expert et d'apporter ma contribution dans l'operationnalisation des capacites de renforcement et de resilience du territoire privé ou public;je suis en quete de lieu professionnel

TCHOUBA NYATCHA Narcisse 02/03/2016 15:27

Je suis etudiant en cycle recherche en environnement et developpement durable et gestion des risques
En vu de finaliser mes recherches pour l'obtention de mon diplome d'expert et d'apporter ma contribution dans l'operationnalisation des capacites de renforcement et de resilience du territoire privé ou public;je suis en quete de lieu professionnel

Vos Anonces sur notre site

Passez vos Annonces sur notre site et bénéficiez de la meilleure visibilité du Web sur 


Donnez votre avis à propos
de notre Site

Les Tic et le développement durable au  Cameroun
Tel : +23777695618

Mail : cdevelopnet@yahoo.fr

PHOTO DU MOIS

La photo du mois affiche les outils TIC


 

TOP Teléchargement

3) Comment trouver des fonds auprès des organisations de financement ?
4)Tout savoir avant entamer un projet dit de  Developpement
5) Stratégie Nationale de Développement des TIC au Cameroun
6)Glossaire de mot de developpement.pdf
 

PUBLIER UNE INFORMATION
Vous avez une information, une correction, un témoignage ou un document  à publier? Alertez vite l'équipe de la rédaction  appuyez sur Contact et envoyer

Nous vous rappelons que vous êtes seul responsable des propos publiés sur notre blog.

LIENS PARTENAIRES

 

NOUS CONTACTEZ

Club RICPTID
Tél:    (237)677695618 / 
698506870

POUR NOUS ECRIRE CLIQUEZ SUR  :Contact 

VOTRE SOUTIEN COMPTE
Vous appréciez les articles que nous mettons en ligne et notre manière d'aborder l'actualité. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous offrir une information indépendante.
Merci de vos généreuses contributions.
Envoyer vos dons  ou contribution
par westen union
au nom du Ricptid

et signalez nous a cette adresse
Cliquez sur Contact