Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Accueil Cliquez L'image Ci

  • : Cameroun -Tic & développement.net
  • Cameroun -Tic & développement.net
  • : Portail d'information du Réseau d'organisations de la société civile Camerounaise œuvrant pour les Tics et le développement durable du Cameroun
  • Contact

QUI EST EN LIGNE

Nombre de visiteurs ce jour
et ceux en ligne à l'instant

weblogs

ACTUALITEE TIC & DEVELOPPEMENT

Le réseau RICPTID collecte et indexe du contenu provenant de plus de 250 organes de presse ou media ainsi que  200  sources d'informations sans oublier ceux redigées par les correspondants du reseau ses informations sont basées sur les Tics et le  développement durable ayant une portées sur le Cameroun et l'Afrique                                
Pour  tous ceux et celles qui désirent soutenir nos actions , veuillez cliquer simplement   sur les publicités  affichées sur notre blog
Michel Fosso (Coordonnateur du RICPTID) mail:micfosso@yahoo.fr-  Tél:  +237 677 69 56 18

 

Dérniers Infos TIC & Developpement

Cameroun. Réseaux Sociaux : Paul Biya veut des ministres «Androïdes» Après avoir demandé le 11 février dernier, lors de la 50ème Fête de la Jeunesse, à la jeunesse dite Androïde de son pays, de saisir les opportunités qu’offrent les TIC (Technologie de l’Information et de la Communication), le président Paul Biya prescrit à ses ministres d’être plus présents sur le World Wide Web.
4 juillet 2013 4 04 /07 /juillet /2013 12:22
Mohaman Sani Tanimou, directeur général des Elections, parle de la préparation du scrutin. Quelles dispositions sont prises à Elections Cameroon pour la bonne organisation des législatives et municipales du 30 septembre prochain ? Depuis la convocation du corps électoral mardi dernier, j'ai commencé par mettre sur pied une commission ad hoc chargée du suivi de l'organisation de ces élections. Cette commission a des missions pluridimensionnelles en matière électorale, informatique, de communication, de sécurité... Ses membres ont été désignés et je peux vous dire que d'un moment à l'autre, ils vont se mettre au travail. Dès ce vendredi, je vais dépêcher sur le terrain dix délégations, à raison d'une délégation par région, à l'effet de former les responsables des démembrements territoriaux notamment les chefs d'antenne à l'exploitation des dossiers de candidature en ce qui concerne les municipales étant entendu que les dossiers de candidature pour les législatives doivent être transmis à la direction générale des Elections sans commentaire. Pour les législatives, les chefs d'antenne pourront les exploiter et formuler des observations, tout en les transmettant à la direction générale des Elections. Peut-on avoir une idée du contenu de la formation ? Les chefs d'antennes doivent savoir comment remplir les fiches de réception, comment délivrer les récépissés de dépôt des dossiers. Un logiciel de gestion des dossiers de candidatures a été conçu à leur intention, comme on a conçu un logiciel de distribution des cartes qui est actuellement applicable sur le terrain. Ils vont l'utiliser pour gérer les dossiers à leur niveau. Je dois vous avouer que nous attendons des dizaines, sinon des centaines de milliers de dossiers. A l'occasion de cette formation, on va leur donner des modalités pratiques ainsi que des moyens appropriés leur permettant d'acheminer les dossiers vers la direction générale des Elections. Voilà les dispositions que nous avons prises dès la convocation du corps électoral. Mais je dois tout de même préciser qu'avant, nous avons élaboré ce que nous appelons en interne le dossier technique pour l'organisation des élections législatives et municipales. Dans ce document, il y a une partie-chronogramme qui englobe la direction générale et les démembrements d'Elecam. Il y a un tableau de bord que j'utiliserai au quotidien pour savoir quelle décision je dois signer, à quel moment envoyer les moyens sur le terrain et à quel moment confectionner tel ou tel document. Bref, il s'agit d'un document qui me permettra de suivre l'organisation de ces élections au jour le jour. Quel est le niveau de préparation matérielle à ce jour ? Par rapport aux moyens mis à notre disposition par le gouvernement, je dois dire que nous avons déjà acquis un certain nombre de matériel notamment des urnes supplémentaires et nous sommes en train de commander également des isoloirs complémentaires et d'autres accessoires électoraux qui, eux, seront confirmés dès qu'on aura reçu du gouvernement le reste du financement sollicité. Au regard de l'actualité, il y aura certainement une accélération dans le processus de distribution des cartes électorales... A la date du 28 juin, nous avons inscrit un certain nombre d'électeurs. Par rapport aux nouveaux inscrits, j'entends par là ceux qui se sont inscrits entre le 22 mai et la date de convocation du corps électoral, ils sont autour de 112 000. Pour ceux-là, nous allons lancer la production de leurs cartes dès que nous aurons reçu de nos démembrements les données les concernant. Cela va être fait dans une semaine voire dix jours. Et immédiatement nous allons donc produire les cartes électorales pour ces derniers inscrits. Par rapport à ceux qui se sont inscrits entre le 3 octobre 2012 et le 29 mars 2013, comme je vous l'ai dit, leurs cartes ont déjà été produites. Presque quatre millions et demi de cartes sont actuellement expédiés sur le terrain. Quelques cartes sont encore en cours de fabrication pour des cas pratiques. Nous nous sommes, par exemple, retrouvés avec des bureaux de vote contenant dix électeurs. Ce n'est pas pratique. Nous avons donc préféré garder ces cartes à notre niveau en attendant de recevoir du terrain, de nouveaux inscrits. Ce qui nous permettra de créer des bureaux de vote de trente à quarante électeurs. Je voudrais préciser qu'il est très important que les électeurs aillent retirer leurs cartes. Nos collaborateurs sur le terrain s'organisent par endroits pour créer des pools de distribution au niveau de l'antenne. Cela a été autorisé et à Douala et dans la région du Nord cette stratégie a été mise en œuvre. Je pense que maintenant que le corps électoral est convoqué, les électeurs vont se dépêcher. Les partis politiques qui ont besoin de ces électeurs pour gagner les suffrages devront aussi se mobiliser, sans oublier la société civile. Cameroun Le temps des candidatures aux législatives et municipales Après la convocation du corps électoral en vue de l'élection des députés à … Voir Plus » Cameroon Tribune (Yaoundé)
Repost 0
4 juillet 2013 4 04 /07 /juillet /2013 12:20
Cameroun : Lutte contre les arnaques sur internetL’Antic entend éradiquer le mal en renforçant les capacités des personnels TIC de l’Etat. Une quarantaine des personnels TIC venus des administrations publiques planchent à Yaoundé sur la cybercriminalité. C’est dans le cadre d’un séminaire de renforcement de leurs capacités initié par l’Agence nationale des technologies de l’information et de la communication (Antic). Deux semaines durant, ces personnels TIC de l’Etat vont travailler en ateliers sous la coordination de l’expert, indien Zacharia Manu, dépêché au Cameroun par l’Union internationale des télécommunications (UIT). Ce sera dans le but d’obtenir des capacités pratiques pouvant leur permettre de traquer les cybercriminels responsables des scamming (arnaque) sur internet. Selon les statistiques rendues publiques à l’ouverture de ce séminaire présidé par le directeur général de l’Antic, Ebot Ebot Enow, le Cameroun enregistre des centaines de récriminations par mois mises à la disposition de l’Antic via Interpol. Compte tenu du fait que le numérique est plus qu’indéniable pour tous les pays du monde au 21e siècle, le Cameroun ne voudrait pas être en marge des technologies de l’information et de la communication qui sont des outils indispensables pour le bon fonctionnement des services administratifs. C’est depuis 2010 qu’une loi sur la cybercriminalité a été promulguée au Cameroun. Cette loi a l’avantage de protéger les infrastructures du cyber espace camerounais. La première résolution de cette démarche a été le lancement des opérations d’identification des abonnés de la téléphonie mobile. En vue de contrôler toute communication susceptible de nuire aux Camerounais et aux investisseurs nationaux et étrangers. D’autre part, l’Antic a initié les audits de sécurité dans les administrations publiques depuis quelques mois. Les résultats ici sont encourageants à en croire certains employés de l’Antic. En ce sens que les infrastructures étatiques sensibles sont plus que jamais placées sous surveillance de l’Agence nationale des technologies de l’information et de la communication et donnent du fil à retordre aux cybercriminels.
Repost 0
Publié par Source : Le Quotidien de l'économie - dans ACTUALITE SUR LES TIC ET LE DEVELOPPEMENT DURABLE
commenter cet article
28 juin 2013 5 28 /06 /juin /2013 14:15
Avoir son téléphone portable et le recharger en énergie sans avoir besoin de le connecter à une prise électrique, cette idée qui semblait utopique, est désormais réalité. En effet, l’entreprise française Wysips (What You See Is Photovoltaïc Surface), filiale du groupe Sunpartner, a crée un smartphone équipé de la technologie écran photovoltaïque. Plus simplement, le téléphone est doté d’un film solaire transparent à 90%, qui permet de recharger la batterie de l’appareil en permanence. 733 Wysips TELECOM1 La recharge complète de la batterie nécessite une exposition du téléphone pendant 6 heures au soleil et dans des conditions d’ensoleillement favorables. D’après Wysips, la technologie, bien qu’elle augmente l’épaisseur de l’écran, n’en perturbe pas la tactilité. wysips-mobile-solaireLes applications possibles Téléphones portables Tablettes tactiles Ecrans LCD Vêtements Mobiliers urbain tels que les abribus… Grâce au film Wysips, toutes les surfaces peuvent produire de l’énergie renouvelable et recharger en permanence les équipements électroniques. Son rendement actuel est de 10%, soit 100 W/m2 de surface. En laissant une heure votre smartphone au soleil, vous disposerez d’une demi heure de communication et avec une dizaine d’heures , il sera entièrement rechargé. Reste à voir si il aura apprécié la chaleur du soleil… Cette techno sera donc bien pratique pour dépanner en cas de besoin… Si tout se déroule bien pour Wysips, les premiers téléphones équipés de cette techno devrait voir le jour d’ici mi 2012. Voici l’interview de Ludovic Deblois, Président de Wysips à l’International CTIA Wireless 2011. Le concept sera présenté fin février 2013 au Mobile World Congress de Barcelone. Si l’écran photovoltaïque séduit, Ludovic Deblois, le président de Wysips pense qu’il est fort probable que les prochaines générations de téléphones, de notebook, de tablettes, etc. en soient équipées. Un partenariat avait un grand constructeur de téléphones devrait d’ailleurs être officialisé au MWC et les premiers modèles de smartphones seraient commercialisés dès septembre ou octobre 2013. Il aura fallu trois ans de développement à Wysips et trente brevets déposés pour aboutir à cette innovation. Thierry Barbaut Avec Agenceecofin.com
Repost 0
Publié par Thierry Barbaut Avec Agenceecofin.com - dans ACTUALITE SUR LES TIC ET LE DEVELOPPEMENT DURABLE
commenter cet article
28 juin 2013 5 28 /06 /juin /2013 14:09
MTN: La première entreprise Africaine monte en gamme et en qualité avec le « Wimax 16e » Depuis la semaine dernière, particulièrement le 14 juin 2013, l’opérateur de télécommunications MTN Cameroon est monté d’un cran dans la qualité de son offre Internet. MTNL’entreprise a lancé le MTN Xtra Surf, une connexion à haut débit supportée par « le Wimax 16E ». D’après Jean Simon Ngann Yonn, le directeur marketing de cette société, cette technologie propose aux utilisateurs « de la vitesse, de la flexibilité et de la mobilité ». Pour le directeur marketing de MTN Cameroon, « MTN Xtra Surf, c’est la meilleure vitesse d’Internet disponible sur le marché. Elle permettra aux utilisateurs de bénéficier de bandes passantes pouvant aller jusqu’à 2Mbps. Ce qui leur donnera les capacités nécessaires pour télécharger ou transférer des fichiers lourds, à tout moment ». Elle devrait contribuer à vulgariser l’accès à Internet haut débit dans le pays d’ici peu. D’après le communiqué de presse qui a accompagné le lancement de ce nouveau produit, le MTN Xtra Surf peut être utilisé en mobilité partout dans le pays. Individuellement mais aussi en communauté. Ainsi, toute la famille ou l’entreprise peut se connecter à une seule et même borne Wi-fi. Désormais, l’abonnée MTN a donc le choix entre le Wifi box et le mini modem, qui a la forme d’une clé USB, mais qui ne prend plus de care SIM comme l’ancienne clé Internet.
Repost 0
24 novembre 2012 6 24 /11 /novembre /2012 12:28
Dans le cadre de l'Appui au désenclavement numérique (Aden) en vue d'un Internet pour le développement, la France avait aidé, en 2005, de nombreux pays à se doter d'outils numériques susceptibles de réduire la criante fracture numérique qui sévissait alors. Thot avait présenté à l'époque une dizaine d’articles sur cette initiative qui a très rapidement pris fin. Après des années de fonctionnement, un impact réel a découlé de ce projet qui aura tout de même contribué à inculquer une culture du numérique jusqu'aux villages africains les plus isolés. L’évaluation subséquente, pour le Cameroun du moins, le montre assez bien. Un réseau Aden-Cameroun a mis sur pied avec l'aide financière de la France au titre du C2D, le Contrat de désendettement et de développement. Le Réseau, qui continue la politique initiale, souhaite davantage amener les villageois eux-mêmes à la possibilité d'atteindre les objectifs de la feuille de route nationale dite «Document de Stratégie pour la Croissance et l'Emploi (DSCE)». Le milieu rural semble ainsi favorisé, appuyé par la société civile, pour permettre aux jeunes de bénéficier des infrastructures et des outils nécessaires à la promotion des maisons des jeunes. Ils y disposent d'un accès facile et gratuit à Internet et à toutes les technologies dérivées. Ces maisons transforment le village en village numérique car elles rassemblent les populations pour y être formées et acquérir une autonomie professionnelle à partir des ressources du net. Les jeunes s'y intéressent et s'approprient les nouvelles technologies et les appliquent aux réalités locales. C'est l'objet du projet Aden. Le développement se pose désormais comme le maître mot des pouvoirs pour qui le secteur des télécommunications et des Tic tient le rôle de locomotive, l’une des plus puissantes, qui tire le développement au sein des sociétés contemporaines. Il faut donc désenclaver numériquement notre pays pour qu’il soit le Cameroun des Tic. Le Cameroun a besoin d’un accès généralisé à l’internet. Télécentres communautaires polyvalents C'est pourquoi, au-delà de ces Aden classiques, le Réseau semble mettre en application la politique nationale des TIC et du développement avec l'intensification des télécentres communautaires polyvalents (TCP). Il s'agit d' infrastructure commune, dispensatrice des services de Télécommunications, informatiques, audiovisuels et Internet à partir d'un terminal ou des terminaux mis à la disposition d'une communauté, afin de permettre à celle-ci de communiquer à un prix abordable et sans discrimination aucune. C'est également un creuset à partir duquel le monde rural peut promouvoir ses projets de développement. A l'instar de la mise sur Internet de la riche variété des produits commercialisés localement; la promotion du tourisme ; la recherche des partenaires commerciaux à travers le Cameroun et le monde entier. L’État dote ainsi les zones rurales et urbaines défavorisées d'une infrastructure d'accès aux TIC, visant à réduire la fracture numérique endogène, à améliorer le confort intellectuel des populations bénéficiaires, à créer des activités génératrices d'emplois directs ou indirects pour les jeunes et les femmes des zones rurales, et à permettre l'accès des TIC aux communautés rurales. Le pays tout entier est ainsi quadrillé par plus de cent TCP spécialisés selon les réalités et les activités agricoles de chacune des dix régions du pays. Une oorganisation territoriales des e-villages permet de constater que le Cameroun numérique apporte une autonomie professionnelle aux paysans les plus reculés du pays. Grâce à une plateforme Moodle, une formation en ligne est offerte en fonction des spécialités disponibles dans filières comme l'oignon, les céréales, la banane plantain, Cultures maraîchères, exotiques et élevage, la pêche, l'apiculture, l'huile de palme, etc. Un référentiel des formations et une offre de formation, bien que perfectibles, permettent de renforcer les compétences des habitants pour le développement local. L'autonomie d'apprentissage et les résultats récemment obtenus permettent aussi de croire qu'il ne faut pas nécessairement des miracles pour instruire les populations. La contextualisation des enseignements, leur fonctionnalité et un respect des cultures et des habitudes locales offrent des possibilités d'innovation. Ce qui apporterait des bien meilleurs résultats si les centres de recherche, les écoles de formation, la santé et tous les domaines du développement étaient pensés en fonction des bénéficiaires.
Repost 0
24 novembre 2012 6 24 /11 /novembre /2012 12:01
Le dernier classement de l'Indice de développement des TIC publié dans l'édition 2011 du rapport "Mesurer la société de l' information" de l'Union internationale des télécommunications (UIT) le place à 136e place sur 152 pays du monde, loin derrière d' autres pays africains comme le Gabon (112e), la Namibie (113e), les Comores (128e), Djibouti (129e), le Swaziland (118e), la Gambie (126e), le Togo (133e), le Bénin (135e), etc. Avec un IDI de 1,53, le Cameroun perd trois places par rapport à 2008 où il se logeait au 133e rang avec un IDI de 1,40. Il fait figure de nain face aux pays du Top 5 africain constitué de Maurice (69e), des Seychelles (71e), de l'Afrique du Sud (97e), du Cap-Vert (104e) et du Botswana (109e). Pour le panier des prix TIC, il s'inscrit à la 148e position, encore une fois à plusieurs longueurs de Maurice (47e), des Seychelles (77e), du Botswana (85e), du Cap-Vert (118e). Même le Tchad (137e), son voisin longtemps déchiré par des crises sociopolitiques depuis les années 80, lui dame le pion D'après l'UIT, dans les pays où les prix des TIC sont relativement élevés, les niveaux d'accès aux TIC et d'utilisation de ces technologies sont relativement bas. "Tandis que les Européens dépensent en moyenne 1,6% de leur revenu mensuel pour le sous-panier téléphonie mobile, les Africains vont jusqu'à dépenser en moyenne 24,6%", souligne l'organisation dans son rapport. Ces taux sont de 20,2% au Cameroun en 2010, soit malgré tout une amélioration par rapport à 2008 qui enregistrait 31,1%. Sur le continent, les prix de la téléphonie fixe ont chuté de 10%, ce qui, laisse penser l'UIT, pourrait traduire une réaction à la concurrence très vive du marché du mobile. Un marché qui "est en permanence maintenu par une évolution constante depuis plus de dix ans", a remarqué à Xinhua le représentant de la zone UIT pour l'Afrique centrale à Yaoundé, Jean-Jacques Massima Landji. Conjugués aux efforts d'investissement des Etats respectifs, explique celui-ci, les taux de pénétration ont obligé les opérateurs du secteur à aller là où le téléphone n'arrive pas. Même si qualité du service relève cependant d'une autre paire de manches, puisque dans bien des cas l'efficacité du réseau diminue généralement en fonction quand on s'éloigne des milieux urbains. "Nous constatons que dans la plupart des pays il y a une déviation de l'usage des fonds, les recettes qui devaient servir à poursuivre le travail de développement de ce qu'on appelle l'accès au service universel, c'est-à-dire l'accès de tous au moins, à moins d'un kilomètre d'un point de TIC, de communication, que ce soit un poste de téléphonie, une cabine téléphonique ou un centre polyvalent", relève Massima Landji. Selon lui, "si les Etats continuent à amender des opérateurs pour financer d'autres choses que les services de téléphonie sous prétexte de la péréquation, les lois quand elles sont prévues, elles doivent taxer de manière unique. Il ne faut pas de double imposition dans un régime commercial". Dans certains pays, poursuit-il, "on a facturé 10% du chiffre d' affaires des opérateurs pour financer la caisse-maladie, pour résoudre un problème de société. On ne refuse pas, mai là n'est pas le problème. Les opérateurs de téléphonie n'ont pas vocation à venir combler les déficits du secteur de la santé. Au lieu de finir la croissance dans ce secteur, on la dépouille." Au Cameroun, dominé par la téléphonie mobile (9,7 millions d' abonnés en 2010 sur une population de 20 millions d'habitants), le secteur des télécommunications représente 4% du produit intérieur brut (PIB), selon les estimations officielles. En plus des impôts, les opérateurs de téléphonie mobile sont astreints au paiement d'une contribution au Fonds spécial de développement des télécommunications à hauteur de 3% de leur chiffre d'affaire annuel. La fourniture des infrastructures clés reste le domaine exclusif de l'opérateur étatique Cameroon Telecomunications ( CAMTEL). "La plupart des opérateurs de téléphonie mobile se plaignent de ce que les transmissions qu'ils pourraient utiliser sont chères. Evidemment, puisque CAMTEL a bénéficié des services de fournisseur qui sont très chers", rappelle le représentant de l' UIT. "Si la bande passante était donnée à des opérateurs de téléphonie tiers, ça alimenterait CAMTEL d'un minimum de revenus que de laisser des fibres non utilisées", conseille-t-il.
Repost 0
7 octobre 2012 7 07 /10 /octobre /2012 09:36
Ai-Cameroun — Un séminaire sur le renforcement des capacités des enseignants sur les Techniques de l'Information et de la Communication (TIC) a eu lieu ce 03 Octobre 2012 dans la salle des banquets de la région du Littoral, sous le parrainage du Gouverneur de ladite région. Cette initiative d'I-Vission International, une organisation non gouvernementale oeuvrant pour le développement des TIC basée à Douala, la capitale économique, qui avait pour thème Web 2.0 et Education rentrait dans le cadre des manifestations préparatoires à la Journée Internationale de l'Enseignant qui se célèbre le 05 Octobre de chaque année. Le mot de bienvenue de bienvenue du Président d'I-Vission International Celui-ci a consisté en un mot de bienvenue, allocutions et discours d'ouverture. Le Président d'I-Vission International, Excel ASAMA a présenté la mission de son ONG créée en 2008 qui est celle de « placer les TIC au centre du développement social ». Pour lui, « Les Technologies de l'Information et de la Communication (TIC) s'avèrent aujourd'hui être un maillon fort et indispensable pour l'émergence d'une nouvelle société. Cependant, à cause de son coût financier encore élevé pour certains ménages, les TIC ne sont pas à la portée de tous ». Cette initiative qui se situe au coeur d'un programme national baptisé « Préparons la jeunesse Camerounaise pour l'âge numérique », rentrait dans le cadre du projet Techno-Holidays lancé le 30 Mars 2011 à l'Université de Buéa et qui avait permis à plus de 1.000 personnes d'être formées dans les TIC. Il a poursuivi en relevant que « Le monde étant devenu un village planétaire, il va sans dire que notre beau pays le Cameroun ne saurait être en reste. Il est donc important que les enseignants, les étudiants, les élèves, les hommes d'affaires, les pouvoirs publics, la société civile et ses composantes s'arriment à la société de l'information à travers ces outils que sont les Technologies de l'Information et de la Communication en général et Internet en particulier qui est l'élément fondamental de l'expansion du monde » Il a conclu en énumérant un certain nombre de défis que le Cameroun doit relever : la faible participation des femmes et des jeunes dans le secteur des TIC, les coûts élevés du matériel informatique et de l'Internet a Cameroun et dans la sous région, en dépit des efforts consentis par le gouvernement Camerounais à travers la baisse des taxes douanières, la montée exponentielle de la Cyber criminalité. Les TIC : de la sensibilisation à la pratique Madame Victorine Wafo, la représentante de Madame le Délégué Régional de l'Education de Base a estimé que ce séminaire venait à point nommé afin de donner aux enseignant les moyens nécessaires à la bonne préparation de leurs leçons et que toute la communauté éducative était concernée par les TIC. Elle a relevé que l'Education de base au Cameroun était passée de la phase de sensibilisation à celle de la théorie et enfin, qu'elle entrait dans celle de la pratique avec notamment l'enseignement de l'informatique dans les classes du Cours Moyen 2 dans certaines écoles pilotes de la région. De son côté, Madame Hermine Mbenoun, représentante du Délégué Régional des Enseignements Secondaires par ailleurs Inspectrice coordonnatrice Régionale de Pédagogie d'Informatique, a relevé que tout était mis en oeuvre pour que le Cameroun ne soit pas à la traine du Monde dans ce domaine. Elle a notamment relevé les efforts consentis par l'Etat de doter les établissements secondaires publics de salles multimédia. Quant au représentant du Délégué Régional des Postes et Télécommunications, il a fait savoir au public que diverses actions étaient menées par le gouvernement et pilotées par son ministère de tutelle dans la recherche de la réduction de la fracture numérique notamment avec l'arrimage du Cameroun à la fibre optique, la promulgation de diverses lois relatives au secteur et la mise en place de différentes institutions de développement et de contrôle du secteur des TIC. Joseph Elongo, le Chef de la Division des Affaires économiques, sociales et culturelles, représentant le Gouverneur de la région du Littoral a relevé que l'Etat à lui tout seul ne pouvait pas résoudre tous les problèmes qui se posaient aux populations et qu'il avait besoin de s'appuyer sur l'expertise de certains partenaires dont I-Vission qu'il a félicité au passage. Il a relevé que « ... cette Jeunesse Camerounaise est au centre des préoccupations du Chef de l'Etat et du gouvernement qui ne ménagent aucun effort dans la recherche des solutions aux nombreux problèmes qui se posent à cette catégorie sociale. Et dans le secteur des TIC, le Chef de l'Etat a initié la dotation de nombreux établissements publics de salles multimédia, s'investissant personnellement dans la matérialisation de cet intérêt et inaugurant lui-même certains de ces centres multimédia dans la foulée, il a instruit l'exonération ou la baisse des taxes douanières de certains produits informatiques, contribuant ainsi à l'acquisition par les ménages du matériel informatique à faible coût. Il a également instruit le Ministère des Postes et Télécommunications à faire connecter le Cameroun à la fibre optique afin de réduire la fracture numérique. Diverses autres actions ont été menées dans ce secteur et nous ne saurions les énumérer toutes ». Par la suite, il a invité les enseignants à mieux se familiarise avec ce secteur, les étudiants et les élèves à ne pas être les derniers de la classe et à ne pas demeurer des analphabètes du 21ème siècle et à en faire un bon usage et enfin les parents à mieux connaitre l'Internet afin de prévenir les débordements de leur progéniture. Parlant de la Cyber criminalité, il a relevé que c'est un phénomène qui préoccupait les pouvoirs publics qui ont mis en place divers mécanismes pour mettre le Cameroun à l'abri du fléau. Enfin, il a émis le voeu de voir le Cameroun entrer dans le village planétaire par la grande porte. Les enseignements Ceux-ci, divisés en plusieurs modules ont consisté en exposés suivis de débats. Les participants ont ainsi pu avoir des connaissances sur Internet, son historique et ses défis, sur le Web 2.0 et l'éducation, sur la documentation numérique, la pédagogie basée sur la médiation et la motivation à travers le développement et le partage des connaissances à travers le Web 2.0. Un volet a touché le montage des projets avec l'étude d'un projet scolaire et la communication sur différents projets scolaires, la présentation des réseaux sociaux et d'un groupe de travail des femmes et des filles sur les TIC. Ensuite l'on a parlé d'Internet comme moteur de recherche, de la cartographie numérique et de la défense contre la Cyber criminalité. Ces divers enseignements ont permis des échanges entre les participants et les facilitateurs au rang desquels Mesdames Dora Sende la Présidente du Collectif des Femmes pour la Protection de l'Environnement et de l'Enfant (COFEPRE), Hermine Mbenoun inspectrice coordonnatrice de l'Informatique du Littoral entourée de ses collaborateurs, Mesdemoiselles Laura Sunjo assistante administrative d'I-Vission et Alice Mbette membre d'I-Vission, Messieurs Excel Asama, le Président d'I-Vission International et Daniel Moundzego, le Président de l'Association Réfugiés Sans Frontières. Aux enseignants et aux femmes Deux recommandations fortes ont été faites aux enseignants et aux femmes.Aux enseignants, il a été recommandé de s'intéresser davantage aux TIC dans le but de les divulguer à leurs élèves qui, à leur tour, pourront les propager à leur entourage permettant ainsi à un plus grand nombre de personnes d'être touchées tandis qu'aux femmes, il leur a été demandé de beaucoup s'intéresser aux TIC car à travers elles, l'ensemble des populations pourra être sensibilisé et formé dans ce secteur d'avenir. Le séminaire a pris fin par la remise des attestations de participation à l'assistance et dans son mot de clôture, Joseph Elongo, le représentant du gouverneur de la Région du Littoral a invité les enseignants à mieux outiller leurs élèves et les parents à plus de vigilance autour des sites Internet que fréquentent leurs enfants. Les facilitateurs quant à eux devront mettre un point d'honneur dans la mise en oeuvre des résolutions prises afin que les connaissances dispensées et reçues bénéficient aux autres Camerounais.
Repost 0

Vos Anonces sur notre site

Passez vos Annonces sur notre site et bénéficiez de la meilleure visibilité du Web sur 


Donnez votre avis à propos
de notre Site

Les Tic et le développement durable au  Cameroun
Tel : +23777695618

Mail : cdevelopnet@yahoo.fr

PHOTO DU MOIS

La photo du mois affiche les outils TIC


 

TOP Teléchargement

3) Comment trouver des fonds auprès des organisations de financement ?
4)Tout savoir avant entamer un projet dit de  Developpement
5) Stratégie Nationale de Développement des TIC au Cameroun
6)Glossaire de mot de developpement.pdf
 

PUBLIER UNE INFORMATION
Vous avez une information, une correction, un témoignage ou un document  à publier? Alertez vite l'équipe de la rédaction  appuyez sur Contact et envoyer

Nous vous rappelons que vous êtes seul responsable des propos publiés sur notre blog.

LIENS PARTENAIRES

 

NOUS CONTACTEZ

Club RICPTID
Tél:    (237)677695618 / 
698506870

POUR NOUS ECRIRE CLIQUEZ SUR  :Contact 

VOTRE SOUTIEN COMPTE
Vous appréciez les articles que nous mettons en ligne et notre manière d'aborder l'actualité. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous offrir une information indépendante.
Merci de vos généreuses contributions.
Envoyer vos dons  ou contribution
par westen union
au nom du Ricptid

et signalez nous a cette adresse
Cliquez sur Contact