Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Accueil Cliquez L'image Ci

  • : Cameroun -Tic & développement.net
  • Cameroun -Tic & développement.net
  • : Portail d'information du Réseau d'organisations de la société civile Camerounaise œuvrant pour les Tics et le développement durable du Cameroun
  • Contact

QUI EST EN LIGNE

Nombre de visiteurs ce jour
et ceux en ligne à l'instant

weblogs

ACTUALITEE TIC & DEVELOPPEMENT

Le réseau RICPTID collecte et indexe du contenu provenant de plus de 250 organes de presse ou media ainsi que  200  sources d'informations sans oublier ceux redigées par les correspondants du reseau ses informations sont basées sur les Tics et le  développement durable ayant une portées sur le Cameroun et l'Afrique                                
Pour  tous ceux et celles qui désirent soutenir nos actions , veuillez cliquer simplement   sur les publicités  affichées sur notre blog
Michel Fosso (Coordonnateur du RICPTID) mail:micfosso@yahoo.fr-  Tél:  +237 677 69 56 18

 

Dérniers Infos TIC & Developpement

Cameroun. Réseaux Sociaux : Paul Biya veut des ministres «Androïdes» Après avoir demandé le 11 février dernier, lors de la 50ème Fête de la Jeunesse, à la jeunesse dite Androïde de son pays, de saisir les opportunités qu’offrent les TIC (Technologie de l’Information et de la Communication), le président Paul Biya prescrit à ses ministres d’être plus présents sur le World Wide Web.
30 août 2010 1 30 /08 /août /2010 19:34


Des recommandations pour une bonne gouvernance de l'Internet portées au niveau mondial, appliquées et mises en œuvre, permettraient une meilleure utilisation de cet outil au service du développement. Pour l'avoir compris, des acteurs du domaine de la sous-région ouest africaine se concertent depuis hier à Dakar pour faire entendre la voix de l'Afrique au Forum mondial sur la gouvernance de l'Internet (Igf) prévu en septembre à Vilnius, en Lituanie.

Le Sommet mondial sur la société de l'information de 2003 à 2005 a étalé ses divergences sur comment l'Internet doit être gouverné, qui dirige Internet, qui définit les règles, les lois et les contraintes. Que de questions floues et qui ne sont jusqu'à présent pas tranchées, a rappelé hier à Dakar le président d'Internet Society (Isoc/Sénégal), Alex Corhentin. C'était lors de l'ouverture du forum sous-régional ouest africain sur la gouvernance de l'Internet (Igf) qui doit baisser ses rideaux trois jours plus tard. Il sera beaucoup question, au cours de cette session qui réunit des participants des quinze pays de la Cedeao en plus de la Mauritanie, du Cameroun et du Tchad, de faciliter l'échange d'idées et d'expériences. Les spécialistes aideront, aussi, à développer une plate-forme commune sur les thématiques qui intéressent le développement de l'Afrique, en vue de parler d'une seule voix, lors de la prochaine conférence mondiale de l'Igf du 14 au 19 septembre prochain à Vilnius, en Lituanie. D'ailleurs, ils estiment que ce rendez-vous sera l'occasion de prouver aux pays développés que ‘les Africains ne sont pas simplement dans l'attente, qu'ils ne sont pas simplement des consommateurs d'une technologie, mais aussi des acteurs de celle-ci’.

Le thème de cette rencontre est axé sur ‘la promotion du modèle multi-acteurs pour le développement de l'Internet en Afrique’. D'où l'invite du président de Isoc/Sénégal Alex Corhentin à l'endroit de ses pairs africains : ‘Il faut être prêt pour Vilnius en septembre et que nos élites puissent apporter au moins une fois non pas une Afrique divisée, mais une Afrique unie qui exprime ses vœux aux yeux du monde. Il faut qu'on ait une même vision. On travaille dans un même espace économique qu'est la Cedeao où il y a une intégration économique. Il faudrait que les règles soient aussi intégrées’, a-t-il fait appel hier en présence des autorités de l'Artp et de Sonatel.

Pour le ministre des Technologies de l'information et de la communication, Fatou Ndiaye Blondin Diop, le débat sur la gouvernance de l'Internet en Afrique est d'autant plus pertinent qu'Internet n'est pas une fin en soi. ‘Ce n'est qu'un outil qui touche maintenant tous les aspects de notre vie : le travail, les communications avec les proches et les partenaires commerciaux, l'accès à la santé, le commerce et l'éducation. Et nous allons être de plus en plus dépendants de son utilisation à l'avenir. Pour cette raison, il est impératif que nous assurions la participation pleine et effective de tous, aux discussions sur sa gouvernance’, tranche le ministre des Tic.

Pour diverses raisons, le gouvernement du Sénégal s'intéresse au processus de l'Igf. D'abord, parce qu'il s'est engagé à mettre en œuvre une dynamique de développement d'une société de l'information de classe mondiale. Le Sénégal est aussi intéressé par la démarche de l'Igf pour avoir lancé des initiatives visant à mettre les Tic en général, et Internet en particulier, au premier plan, pour améliorer la qualité de la vie et accélérer le développement national. Il s'agit de la connexion aux câbles sous marins en fibre optique avec une très large bande passante, du dynamisme du secteur de la téléphonie mobile, qui offre en plus des services classiques, des services 3G, y compris l'accès à Internet.

‘Il ne fait aucun doute qu’Internet joue un rôle important dans le développement africain et dans l'amélioration de la qualité de vie de nos concitoyens. Il y a à peine une décennie, de nombreux pays africains n'étaient pas connectés. Aujourd'hui, l'accessibilité à Internet est devenue une réalité dans les pays africains. L'adoption croissante des services 3G de téléphonie mobile et autres technologies d'accès sans fil a considérablement amélioré le taux d'accès grâce à une plus grande disponibilité des services et une réduction des coûts de connexion un partout en Afrique’, fait constater Fatou Ndiaye Blondin Diop.

La mal utilisation de l'Internet se traduit, selon les experts réunis à Dakar, par les excès et/ou les dérives. ‘On en a vu quelques exemples au Sénégal et malheureusement, ça touche une personne pour une population de dix millions d'individus qui en ont besoin’, déplore Mme Diop. Le ministre des Tic admet à ce niveau que l'Etat souverain doit gérer et mettre en œuvre les bonnes pratiques, sensibiliser la population dans l'usage de cet outil. ‘Ce n'est que lorsqu'on aura trouvé des solutions aux problèmes qu'on pourra mettre des garde-fous contre les excès et dérives dans l'utilisation de l'Internet’, croit savoir Fatou Ndiaye Blondin Diop.

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Vos Anonces sur notre site

Passez vos Annonces sur notre site et bénéficiez de la meilleure visibilité du Web sur 


Donnez votre avis à propos
de notre Site

Les Tic et le développement durable au  Cameroun
Tel : +23777695618

Mail : cdevelopnet@yahoo.fr

PHOTO DU MOIS

La photo du mois affiche les outils TIC


 

TOP Teléchargement

3) Comment trouver des fonds auprès des organisations de financement ?
4)Tout savoir avant entamer un projet dit de  Developpement
5) Stratégie Nationale de Développement des TIC au Cameroun
6)Glossaire de mot de developpement.pdf
 

PUBLIER UNE INFORMATION
Vous avez une information, une correction, un témoignage ou un document  à publier? Alertez vite l'équipe de la rédaction  appuyez sur Contact et envoyer

Nous vous rappelons que vous êtes seul responsable des propos publiés sur notre blog.

LIENS PARTENAIRES

 

NOUS CONTACTEZ

Club RICPTID
Tél:    (237)677695618 / 
698506870

POUR NOUS ECRIRE CLIQUEZ SUR  :Contact 

VOTRE SOUTIEN COMPTE
Vous appréciez les articles que nous mettons en ligne et notre manière d'aborder l'actualité. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous offrir une information indépendante.
Merci de vos généreuses contributions.
Envoyer vos dons  ou contribution
par westen union
au nom du Ricptid

et signalez nous a cette adresse
Cliquez sur Contact