Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Accueil Cliquez L'image Ci

  • : Cameroun -Tic & développement.net
  • Cameroun -Tic & développement.net
  • : Portail d'information du Réseau d'organisations de la société civile Camerounaise œuvrant pour les Tics et le développement durable du Cameroun
  • Contact

QUI EST EN LIGNE

Nombre de visiteurs ce jour
et ceux en ligne à l'instant

weblogs

ACTUALITEE TIC & DEVELOPPEMENT

Le réseau RICPTID collecte et indexe du contenu provenant de plus de 250 organes de presse ou media ainsi que  200  sources d'informations sans oublier ceux redigées par les correspondants du reseau ses informations sont basées sur les Tics et le  développement durable ayant une portées sur le Cameroun et l'Afrique                                
Pour  tous ceux et celles qui désirent soutenir nos actions , veuillez cliquer simplement   sur les publicités  affichées sur notre blog
Michel Fosso (Coordonnateur du RICPTID) mail:micfosso@yahoo.fr-  Tél:  +237 677 69 56 18

 

Dérniers Infos TIC & Developpement

Cameroun. Réseaux Sociaux : Paul Biya veut des ministres «Androïdes» Après avoir demandé le 11 février dernier, lors de la 50ème Fête de la Jeunesse, à la jeunesse dite Androïde de son pays, de saisir les opportunités qu’offrent les TIC (Technologie de l’Information et de la Communication), le président Paul Biya prescrit à ses ministres d’être plus présents sur le World Wide Web.
22 octobre 2010 5 22 /10 /octobre /2010 05:06

Cameroun : Et si la campagne électorale de 2011 était celle du numérique ?Sauf anticipation, la prochaine élection présidentielle camerounaise sera bien en 2011, tel que le prévoit la Constitution. Face au candidat du RDPC (certainement M. Biya), une opposition tout aussi déterminée (ou désorganisée), dont l’un des leaders sera sans aucun doute M. Fru Ndi.
Une fois de plus, l’histoire se répètera, le RDPC l’emportera (soyons pragmatique) et rempilera pour sept années de plus, au terme d’une campagne tout aussi terne et insipide que les précédentes. Pourtant, à défaut d’une guerre des programmes, de pagnes, T-shirts, sacs de riz, cartons de poissons, et des casiers de bière, les différents protagonistes peuvent innover, et rendre la campagne plus intéressante. Comment ? En se livrant à la guerre de l’image et à la guerre des TIC.

L’impact de l’image chez l’électorat

De façon triviale, tous les analystes politiques le savent, les africains en général et les camerounais donc, votent plus pour l’individu et l’image qu’il leur renvoie que pour son programme. A titre d’illustration, idéologiquement ou pour des considérations religieuses et culturelles, les camerounais auraient été plus proches du programme conservateur du camp républicain de M. McCain (limitation des droits des homosexuels, contre l’avortement, contre l’usage des cellules souches, anti-clonage, etc) que celui des démocrates de M. Obama. Pourtant, Barack Obama aurait à coup sûr fait plus de 90% au Cameroun si les camerounais avaient voté. Pourquoi ? D’abord il s’appelle Obama (un nom à forte consonance camerounaise), il est noir, jeune, intelligent, élégant  et… beau

Suivant ces considérations, et quelque soit le programme des uns et des autres, un match Biya/Fru Ndi est d’avance perdu par ce dernier. Le « chaud gars » Biya, qui l’est resté, malgré son âge, a toujours autant de fascination auprès de l’électorat, surtout féminin, qui, rappelons-le, est majoritaire lors des scrutins. M. Fru Ndi, que l’on sait austère (je ne me rappelle pas l’avoir vu sourire) ne fait tout simplement pas le poids, toujours accoutré dans des tenues traditionnelles, se refusant toute mode « occidentale ». Ce n’est pas habillé de cette façon que Pa’a John va rallier à lui l’électorat jeune (21-35 ans). En demeurant anachronique, et en refusant obstinément de s’exprimer dans la langue de Molière (ou de l’apprendre), M. Fru Ndi perd des voix considérables et ne peut pas enlever de la tête de nombreux camerounais qu’il sera d’abord le « président des anglophones » et non de tous les camerounais.
 
Par contre, dans cette guerre de l’image, Jean-Jacques Ekindi, ou alors Anicet Ekanet, avec un peu d’effort de leur part, seraient bien partis. Le premier a l’air d’un « dandy » tant il est toujours élégamment vêtu. Le deuxième est jeune, et « frais » et, aurait les mains propres. (C’est quand même le seul homme politique à avoir refusé l’ « argent de taxi » du Premier-Ministre lors des consultations des forces politiques il y a quelques années). De même, Joshua Osih, l’un des vice-présidents du SDF, emballerait bien plus d’une électrice, par son verbe et surtout la couleur de sa peau ; encore faudrait-il qu’on lui en laisse l’occasion.

La campagne de 2011 devra être technologique

La campagne Internet de Barack Obama que les analystes ont qualifié de « net-campaign » ou « e-campaign » a été le principal instrument de sa victoire. Voici quelques chiffres : (sources : http://blog.newlimits.org/2009/01/campagne-marketing-social-dobama-en-chiffres/)
Courriels : 13 millions de personnes inscrites sur la liste de courriels. Elles ont reçu 7000 versions de plus de 1 milliard de courriels.
Réseautage social : 5 millions d’amis sur plus de 15 sites de réseautage social (dont 3 millions sur Facebook à lui seul).
Site Web : 8,5 millions de visiteurs mensuels sur le site Web MyBarackObama.com (en période de pointe). Sur le blog, 2 millions de profils ont produit 400 000 billets. 35 000 groupes de bénévoles qui ont organisé 200 000 évènements hors Internet. 70 000 centres de campagnes de dons qui ont permis de récolter 30 millions de dollars.

Cellulaires : 3 millions de personnes se sont abonnées pour recevoir des messages SMS. Chacune a reçu entre 5 et 20 messages par mois.
Appels téléphoniques : 3 millions d’appels téléphoniques ont été effectués durant les 4 derniers jours de la campagne.
Vidéos : près de 2000 vidéos officielles ont été publiées sur YouTube. Elles furent visionnées 80 millions de fois et furent suivies par 135 000 abonnés. 442 000 vidéos ont été créées par les sympathisants et publiées sur YouTube.

Restons modeste ! C’est vrai, il s’agit des Etats-Unis, la première puissance technologique du monde. Mais tout de même, la piste technologique lors de la prochaine élection présidentielle serait un filon que devrait exploiter les plus malins des candidats.


Lors des tumultes des années 90, la télévision avait fait son apparition quelques années plutôt, et encore, très peu de foyers en étaient équipés. 21 ans après, la génération née à cette époque là sera justement celle (entre autres) qui sera appelée à élire le futur chef de l’Etat. Il s’agit de jeunes, bien que peu intéressés par la politique, mais parfaitement au fait des avancées technologiques, et donc qui surfent sur Internet régulièrement, qui possèdent des téléphones portables, etc. Même si en amont le gouvernement devra déployer une kyrielle d’actions visant à les inciter à s’inscrire sur les listes électorales, en aval, les futurs candidats devront faire preuve d’ingéniosité et d’imagination pour aller chercher cet électorat là où il se trouve. Aussi espère-t-on d’ici peu découvrir sur le net la page facebook de Paul Biya (et non celle des anti-biya actuellement en ligne), celle myspace du candidat Fru Ndi, le blog de Bello Bouba, les vidéos de Anicet Ekanet sur youtube ou dailymotion, la page tagged de Jean-Jacques Ekindi, etc. Toutefois, il ne s’agira pas seulement de créer tous ces outils, il faudra aussi veiller à leurs mises-à-jour et leur interactivité.

Mais en attendant 2011, il est tout de même curieux de constater que jusqu’à l’heure actuelle, on n’assiste pas à l’intrusion, même discrète de ces potentiels candidats dans les forums qui pullulent sur Internet. C’est notamment le cas de celui du quotidien Le Jour (http://www.lejourquotidien.info), ou de celui des camerounais de la diaspora (http://www.bonaberi.com, http://www.camer.be). N’oublions pas les émissions radiophoniques interactives qui sont si nombreuses et dont on sait l’audience qu’elles drainent. Et Pourtant ! Tous ces canaux devraient déjà servir de baromètre, et surtout de plate-forme d’échange d’idées entre eux et le peuple.
Il est temps, même si 2011 paraît loin, de rattraper le retard, et surtout de commencer à accumuler les points. Parions que le(s) premier(s) à comprendre les enjeux de la prochaine élection en terme d’image et de technologie, sera(ont) certainement le(s) gagnant(s).

Willy A. KUICHEU Documentaliste, Expert en veille Web et Web 2.0

Partager cet article

Repost 0
Publié par Willy A. KUICHEU Documentaliste, Expert en veille Web et Web 2.0 - dans ACTUALITE SUR LES TIC ET LE DEVELOPPEMENT DURABLE
commenter cet article

commentaires

Vos Anonces sur notre site

Passez vos Annonces sur notre site et bénéficiez de la meilleure visibilité du Web sur 


Donnez votre avis à propos
de notre Site

Les Tic et le développement durable au  Cameroun
Tel : +23777695618

Mail : cdevelopnet@yahoo.fr

PHOTO DU MOIS

La photo du mois affiche les outils TIC


 

TOP Teléchargement

3) Comment trouver des fonds auprès des organisations de financement ?
4)Tout savoir avant entamer un projet dit de  Developpement
5) Stratégie Nationale de Développement des TIC au Cameroun
6)Glossaire de mot de developpement.pdf
 

PUBLIER UNE INFORMATION
Vous avez une information, une correction, un témoignage ou un document  à publier? Alertez vite l'équipe de la rédaction  appuyez sur Contact et envoyer

Nous vous rappelons que vous êtes seul responsable des propos publiés sur notre blog.

LIENS PARTENAIRES

 

NOUS CONTACTEZ

Club RICPTID
Tél:    (237)677695618 / 
698506870

POUR NOUS ECRIRE CLIQUEZ SUR  :Contact 

VOTRE SOUTIEN COMPTE
Vous appréciez les articles que nous mettons en ligne et notre manière d'aborder l'actualité. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous offrir une information indépendante.
Merci de vos généreuses contributions.
Envoyer vos dons  ou contribution
par westen union
au nom du Ricptid

et signalez nous a cette adresse
Cliquez sur Contact